Intolérance alimentaire : êtes-vous concerné(e) ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Saviez-vous que de nombreuses personnes souffrent d’intolérance alimentaire sans même le savoir ? En effet, les symptômes de l’intolérance, peuvent varier d’une personne à l’autre, rendant ainsi difficile son diagnostic.

Je vous propose dans cet article de vous aider à déterminer si vous souffrez d’une hypersensibilité à un ou plusieurs aliments en identifiant les différents symptômes tels que les troubles digestifs, et les différentes formes d’intolérances possibles.

Que vous soyez déjà conscient de votre intolérance ou que vous suspectiez en souffrir, cet article est pour vous !

1. Qu’est ce qu’une intolérance alimentaire ?

Une intolérance alimentaire se produit lorsque votre corps réagit négativement à un aliment ou à une substance contenue dans un aliment.

Cela peut se produire pour diverses raisons :

  • Le déficit enzymatique : certaines intolérances alimentaires sont causées par un déficit en enzymes digestives qui sont nécessaires pour décomposer certains aliments. Par exemple, l’intolérance au lactose est causée par un déficit en lactase, une enzyme nécessaire pour digérer le lactose présent dans les produits laitiers.
  • Sensibilité ou allergie alimentaire : une intolérance alimentaire peut également être causée par une sensibilité ou une allergie alimentaire. Dans ce cas, le système immunitaire identifie certains aliments comme des substances étrangères et déclenche une réaction pour les combattre. Les symptômes de l’intolérance alimentaire sont souvent causés par cette réaction du système immunitaire.
  • Problèmes gastro-intestinaux : des problèmes gastro-intestinaux tels que la maladie cœliaque ou le syndrome du côlon irritable peuvent également causer des intolérances alimentaires. Dans ces cas, les aliments peuvent irriter la muqueuse intestinale et causer des symptômes tels que des douleurs abdominales, des ballonnements, de la diarrhée, etc.
  • Facteurs génétiques : certaines intolérances alimentaires peuvent être liées à des facteurs génétiques. Par exemple, l’intolérance au gluten est souvent associée à une prédisposition génétique.
  • Réaction à une substance chimique présente dans l’aliment.

2. Quels en sont les symptômes ?

Voici quelques-uns des symptômes les plus courants d’une intolérance alimentaire :

  • Des douleurs abdominales
  • Des ballonnements
  • Des gaz
  • Des nausées
  • De la diarrhée
  • De la constipation
  • Des vomissements
  • Des éruptions cutanées ou des démangeaisons
  • Des maux de tête
  • De la fatigue
  • Des douleurs articulaires ou musculaires

3. Quel(s) aliment(s) peut(vent) en être à l’origine ?

Si vous éprouvez l’un ou plusieurs des symptômes énumérés ci-dessus, il est possible que vous ne tolérez pas l’un des nombreux aliments suivants :

  • Le lactose dans les produits laitiers
  • Le gluten dans les céréales telles que le blé, l’orge et le seigle
  • Les légumineuses comme les haricots, les pois et les lentilles
  • Certains fruits tels que les agrumes ou les fruits rouges
  • Les aliments contenant de l’histamine, tels que les aliments fermentés, les fromages affinés et les aliments en conserve
  • Certains édulcorants artificiels, tels que le sorbitol et le xylitol.

4. Comment les repérer ?

  • Dans un premier temps, je vous conseille d’établir un journal alimentaire dans lequel vous noterez tous les aliments que vous consommez avec les symptômes ressentis, les dates et la durée. Il vous sera très utile et demandé !

  • Prenez rendez-vous avec un professionnel de la santé, tel qu’un gastro-entérologue, un nutritionniste ou un naturopathe pour trouver la provenance de vos intolérances.

  • Ensuite, le praticien établira un diagnostic à partir de vos symptômes, de vos antécédents médicaux et de vos antécédents familiaux. Et il sera en mesure de vous établir un plan de traitement naturel et personnalisé.

  • Voici quelques traitements possibles en cas d’intolérance alimentaire :
    • Les probiotiques : les suppléments de probiotiques peuvent aider à rétablir l’équilibre de la flore intestinale et à réduire les symptômes gastro-intestinaux. Les probiotiques peuvent être pris sous forme de complément alimentaire, ou consommés naturellement dans certains aliments comme le yaourt, le kéfir, la choucroute, etc.
    • L’enzyme digestif : les suppléments d’enzymes digestives peuvent aider à décomposer les aliments difficiles à digérer tels que le lactose et le gluten, réduisant ainsi les symptômes de l’intolérance alimentaire. Les enzymes digestives peuvent être pris avant ou pendant les repas.
    • Les changements alimentaires : l’élimination des aliments qui causent des symptômes d’intolérance alimentaire peut aider à les les réduire. Les naturopathes peuvent recommander un régime alimentaire spécifique pour chaque individu en fonction de leurs besoins.
    • Les thérapies alternatives : les thérapies alternatives telles que l’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie ou l’ostéopathie peuvent aider à soulager les symptômes d’intolérance alimentaire.

5. Une intolérance peut-elle disparaître ?

Oui, il est possible qu’une intolérance alimentaire disparaisse, mais cela dépend de la cause sous-jacente de celle-ci. Certaines intolérances alimentaires sont permanentes, tandis que d’autres peuvent être temporaires et s’améliorer ou disparaître complètement avec le temps.

Il est important de consulter un professionnel de santé pour un diagnostic précis et un plan de traitement approprié si vous soupçonnez une intolérance alimentaire. Avec un traitement adéquat, de nombreuses personnes peuvent gérer leurs intolérances alimentaires et vivre une vie saine et équilibrée.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

About the author

Commentaires

  1. Merci pour ton article. Je trouve que ce n’est pas simple d’exclure complètement un aliment, en l’occurence le gluten, pendant quelques temps afin de voir si les symptômes disparaissent. Il y en a de partout et les pizzas à la farine de maïs ou de riz sont moins bonnes ?.

  2. Hello, c’est intéressant. Je souffre de ballonnements réguliers et j’ai du mal à identifier les aliments que je digère moins bien. Tu as raison, il faut que je commence par noter et que je fasse un journal.

Laisser un commentaire